navlang

Décès du frère Hugo Probst †

Naissance2.5.1948CH-po-Probst Hugo-191-36A
Zimbabwe : Direction d’un garage à Gokomere, formation d’apprentis1975–1998
Traitement médical en Suisse1986-1988
Maison régionale à Driefontein : vidéothèque, Supervision du garage à Gokomere1999–2013
Immensee : collection de timbres-poste2013–2017
Décès30.11.2017

Principales étapes de la vie de frère Hugo Probst

Hugo est né à Mümliswil (canton de Soleure) le 2 mai 1948. Il avait une sœur, Marguerite, et deux frères : Antoine et Pierre. Antoine est maintenant le seul survivant.

Hugo suit l’école secondaire et fait un apprentissage de mécanicien chez ‹ Von Roll Klus AG ›. Puis il entre au séminaire de la SMB en 1969 et suit le noviciat à Schöneck l’année suivante. Il partage ses connaissances en mécanique avec frère Dominique Neuhaus à l’atelier du séminaire. De 1972 à 1974, il suivra par deux fois des cours d’anglais à Londres et une spécialisation en mécanique autos à Lucerne.

En automne 1975, Hugo peut enfin rejoindre le pays des Mashona et des Amandabele : la Rhodésie du Sud/Zimbabwe. Durant 8 mois, il étudie la langue Shona. Puis il rejoint le garage du diocèse, à Gokomere. Durant 10 ans, il en assurera la direction et formera de nombreux apprentis africains.

Il s’en suit un grave problème de santé, tombé sur lui comme un coup de massue : une tumeur cérébrale. Il sera opéré à la clinique universitaire de Zurich. À cause d’une paralysie partielle (main et jambe droites), Hugo devra s’astreindre à des séances de thérapie à Lucerne et à Rheinfelden. Au bout de deux ans, il pourra à nouveau rejoindre son ancien poste à Gokomere et continuer à former une centaine d’apprentis qui obtiendront le diplôme d’Etat (1988–2013).

Plus tard, lorsque la Mission de Gokomere fut remise en mains africaines, les confrères déménagèrent à Driefontein. Une fois par mois, Hugo se rendait à Gokomere pour soutenir les apprentis et appuyer la direction du garage.

À la maison régionale de Driefontein, Hugo jouissait de plus de temps libre, ce qui lui permit de s’occuper de la vidéothèque (plus de 400 films) et un grand choix de programmes TV, les confrères âgés s’intéressant à suivre des matchs européens de football ; par ailleurs, Hugo a prêté ces films à visionner dans des écoles secondaires.

En 2013, après 26 ans d’apostolat en Afrique du Sud, Hugo dut se résigner à retourner en Suisse. Là, il s’adonnera à son hobby : collectionner et échanger les timbres-poste. Pour garder la forme, il s’obligeait à de grandes promenades. Par conséquent, il dut subir une opération du genou droit et porter une chaussure orthopédique au pied gauche. Malgré son handicap et ses douleurs, il gardait toujours sa bonne humeur et son sourire.

Les derniers mois, il eut de plus en plus de peine à marcher et à parler. Enfin, rendu à l’hôpital cantonal de Lucerne, il entra bientôt dans le coma. Le 30 novembre, il s’en est allé vers le Seigneur, son maître, qu’il a fidèlement servi sa vie durant.