navlang

Eloge funèbre pour notre confrère Albert Plangger

Albert Plangger

Aujourd’hui, nous prenons congé de notre confrère le plus âgé, Albert Plangger, missionnaire de longue date au Zimbabwe. Cela me rappelle une image du théologien Karl Rahner : c’est comme un chemin de vie sur lequel marche un défilé de gens duquel chacun et chacune se détache sans prendre congé et se perd dans la nuit !

Pour nous, ce cortège est de plus en plus restreint ; beaucoup ont marché et marche sur ce chemin, mais peu directement avec nous. Il en est de même pour notre confrère Albert : depuis 1954, donc une bonne soixantaine d’années, il a travaillé au Zimbabwe (l’ancienne Rhodésie du sud). Il a vécu la Mission de Gwelo presque dès son début ; il en a étudié l’histoire en détail pour connaître au mieux la méthode des premiers missionnaires jésuites. Et maintenant, lui aussi nous a quitté pour l’éternité.

Albert Plangger est né et a grandi à Oberuzwil SG, dans la paroisse de Bichwil. Albert avait un sentiment très vif de son origine sud-tyrolienne. Il était fier d’être citoyen européen par l’Autriche. Il a fait ses études au gymnase de Rebstein et d’Immensee et a fait son entrée dans la Société Missionnaire de Bethléem le 23 septembre 1945. Le 18 mars 1951 il fut ordonné prêtre avec son camarade Sebastian Kühne par Mgr Francis Demont de Aliwal (Afrique du Sud) dans l’église d’Emmetten. Il fêta sa Première Messe à Oberuzwil.

Il poursuivit ses études aux universités de Fribourg et de New York et obtint un doctorat en anthropologie. En 1954, il part pour la Rhodésie du sud/ Zimbabwe. Dans le diocèse de Gwelo (Gweru), il débuta son ministère dans les missions de Driefontein et de Holy Cross, avant que l’évêque ne le prenne comme son secrétaire et responsable diocésain du programme scolaire à mettre en place.

En juin 1972, on lui confia la direction de la maison d’édition ‘Mambo Press’. Celle-ci compta nombre de publications en langues Shona et Ndebele et se fit un nom en publiant des livres et revues religieuses et liturgiques, ainsi que du matériel scolaire en quantité. À travers ses deux revues «Moto» et «Kristo», la Mambo Press se fit connaître dans tout le pays. Le personnel missionnaire put donc profiter de brochures sur la vie chrétienne, l’économie domestique, l’agriculture, etc.

Comme nombre de ses prédécesseurs, Albert et la Mambo Press eurent à subir les restrictions imposées par le gouvernement raciste blanc. Cela ne l’a pas empêché de publier toute la collection des écrits pastoraux des évêques catholiques de Rhodésie de 1959 à 1967 sous le titre de : «Rhodesia – The Moral Issue».

Durant toutes ces années passées à la Mambo Press, notre confrère a exercé un ministère pastoral dans la paroisse St. Mary, dans le quartier de Senga.

À partir de 1992, Albert s’est installé à Harare, la capitale et logea dans la maison ‘Mambo House’, en tant qu’écrivain indépendant. Il se mit aussi à disposition de la communauté des Dominicaines comme aumônier. Il avait également à cœur d’introduire le nouveau personnel missionnaire, en particulier les médecins de «Solidarmed», à la réalité du diocèse de Gwelo. Durant toutes ces années, il resta fidèle à l’eucharistie quotidienne.

Par ailleurs, il resta un observateur critique de l’avenir politique du pays et rédigea un rapport sur la guerre d’indépendance des années 70.

Albert avait envisagé de terminer sa vie au Zimbabwe, mais des problèmes de santé l’ont contraint de rester définitivement en Suisse à partir de 2016. Il en profita pour publier, avec un confrère, une histoire des 30 premières années (de 1946 à 1977) de la Mission de Gwelo, lorsqu’un prêtre africain local fut nommé évêque.

Il est remarquable d’observer avec quelle quiétude Albert a vécu le quotidien de ces derniers temps à l’infirmerie. Il est mort en toute tranquillité le soir du 7 juillet.

Joe Elsener smb