navlang

Hommage à Charles Renner †

Né le 21.3.1931Renner Charles
Ordonné prêtre le 22.3.1959
Japon : vicaire à Morioka-Yotsuya 1962–1970
Curé de la paroisse de Miyako : développement et gestion de la paroisse et du jardin d'enfants


1970–2001
Immensee : collaboration au service d’information de la Société missionnaire


2001–2003
Ministère temporaires à Altdorf et Bürglen 2004–2014
Maison-Mère: liturgie ; divers services pour les confrères


2015–2020
Décédé le 17.12.2020

« Soyez sans crainte, petit troupeau !
Votre père veut vous donner part à son Royaume ». (Lc 12:32)

Cher Charles,

Ton décès nous attriste. Avec tes proches et tes amis, nous sommes plus qu’affectés, nous sommes blessés. En tant que compagnons de route, nous partageons avec toi la blessure à la tête, qui saigne dans la froide nuit de ta mort. Charles, tes propres notices répondent, au moins en partie, aux questions que nous nous posons. En dix étapes, je vais essayer de situer ta vie et ton travail dans leur contexte.

QUI était – QUI est Charles ?

  • Charles était presque un enfant émigré à la naissance, car son père Joseph avait fui – le jeune homme avait fui la justice d’Uri et avec l’aide financière du prêtre du village – littéralement de nuit et dans le brouillard vers la lointaine Amérique du Nord. Il avait braconné. En fuyant la justice, il a travaillé dans une ferme à Eureka, en Californie, jusqu’à ce que la police d’Uri ait « oublié » l’affaire et qu’il ait gagné un peu d’argent. Puis il est revenu, a rencontré son grand amour, sa mère Mathilde Schuler ; ils se sont mariés et, ensemble, sont retournés en Californie pour quelques courtes années seulement.
  • Ainsi, Charles est né « américain » et a été enregistré dans le passeport de sa mère sous le nom de ‘Clyde Joseph’. La famille, désormais composée de quatre personnes, est retournée en Suisse, où « Clyde » a été inscrit au registre des baptêmes sous le nom de « Charles ». La famille a encore reçu deux autres filles après Claire et Charles. Les enfants, avec ceux du voisinage, formaient des bandes de joueurs de claquettes, faisaient des farces dans le village, volaient les premières poires du jardin paroissial ou donnaient généreusement le carré d’épinards aux poules, au grand désarroi de leur mère.
  • En tant que garçon éveillé, Charles est devenu chevrier de la vallée de la Schächen. Chaque matin, il conduisait généralement le troupeau en altitude, dans les pâturages de montagne, et le soir, il le ramenait dans la vallée. Il était souvent accablé par la solitude et parfois, les jours de brouillard, par la peur des fantômes. La responsabilité du bien-être du troupeau a-t-elle façonné Charles pour son avenir missionnaire ?
  • Charles nous fait savoir qu’il a passé ses années d’école et de gymnase avec peu d’enthousiasme. Trop souvent, dit-il, Hans Krömler (recteur), par exemple, jugeait ses rédactions de « banales », « simplistes » et lui donnait une note médiocre. Charles se considérait plutôt trop modeste. Il a donc été presque surpris
  • d’être admis au grand séminaire. Il écrit : « humainement parlant, je n’avais pas la moindre perspective ou qualification pour le sacerdoce. Que Dieu m’ait néanmoins appelé à son service … et qu’il ait osé le faire avec moi, cela m’a toujours rendu heureux, mais aussi gêné … La magnanimité de Dieu est insurpassable. Deo gratias ! » Pendant les sept années de séminaire, Charles a approfondi sa vie par la foi en l’amour inconditionnel de Dieu. Il s’est accroché à ce « Deo gratias », même dans la difficile épreuve quand son aimable père a été enseveli par une avalanche au travail et où son corps n’a pu être retrouvé et enterré qu’au printemps. Charles, déjà au séminaire, embrassait à la fois : la souffrance, mais aussi les joies, comme lorsqu’il pouvait conduire ses camarades en pèlerinage dans la vallée de Rieder les jours de congé. De temps en temps, nous avons pu visiter sa mère, vaillante sage-femme, qui est restée dans la mémoire de certains comme « Notre-Dame de la vallée du Rieder ».
  • Charles, missionnaire du Japon. Sur sa destination, Charles écrit : « C’était mon désir intime de devenir un « missionnaire de brousse » en Afrique. Mais sans me prévenir, le Supérieur général a annoncé à table : « Renner et Züger partent au Japon à l’automne ». Je n’en croyais pas mes oreilles. Qu’est-ce qu’un misérable chevrier de la vallée de la Schächen est censé faire au Japon, pays culturellement très avancé… se lancer dans une aventure inimaginable avec moi ? J’espère qu’il ne le regrettera pas ».
  • Charles a vécu ses années de formation missionnaire en tant que vicaire avec des missionnaires expérimentés. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il est devenu pleinement responsable de l’édification d’une communauté chrétienne dans la ville de Miyako. « Edifier » – comment ? Il avait appris des missionnaires plus âgés que les adultes, au Japon, se laissent atteindre principalement à travers leurs enfants. Charles se chargea donc de l’organisation d’un jardin d’enfants en plus du travail paroissial. Il était le seul homme dans l’équipe de direction – et donc une sorte de substitut du père. Les plus de 200 enfants étaient pour la plupart issus de très petites familles – en d’autres termes, beaucoup d’enfants uniques qui avaient besoin d’être socialisés le plus tôt possible, c’est-à-dire élevés pour pouvoir vivre dans une communauté.
  • Charles était la bonne personne, qui a pris des chemins inhabituels. Il a raconté qu’il saluait personnellement chaque enfant, chaque matin, à la porte de la cour, ce qui signifiait « Vous êtes les bienvenus ». Comment a-t-il continué à s’asseoir avec des groupes d’enfants pendant au moins une heure chaque jour – à hauteur des yeux – en racontant à ces enfants (non baptisés) des histoires, principalement tirées de la Bible, souvent à propos de Jésus – ; comment a-t-il couru avec les enfants, ri avec eux, fait des farces ? Était-ce aussi un travail de missionnaire ? – C’était sa méthode missionnaire, centrée sur l’enfant et inculturée au Japon. Elle a porté ses fruits. Les enfants lui ont d’abord fait confiance – puis les parents se sont émerveillés de la confiance que les enfants ont accordée à la direction du jardin d’enfants. Charles écrit dans une note : « Incroyable ce qu’il y a dans leur cœur d’inquiétude, de peur, de questions, de joie et de choses non digérées … les anciens élèves racontent toujours ces heures de jeu ensemble comme des expériences durables ».
  • Le point culminant du jardin d’enfants était une crèche annuelle à Noël. Il y avait jusqu’à 80 enfants sur scène, les mères et les pères étaient assis dans le public, fiers de leur enfant. La confiance des enfants s’est reportée sur les parents. Charles fut de plus en plus souvent invité par des groupes de parents pour parler de ses méthodes d’éducation. Même le conseil municipal a été impressionné par les efforts de Charles pour atteindre les parents. En 1992, la ville de Miyako a honoré Charles comme premier étranger, avec son prix culturel.
  • Charles, toi un élu. Ce que Dieu a dit au prophète Jérémie dans la lecture vaut aussi pour toi : « Ne dites pas : je suis trop jeune, et surtout je ne sais pas parler – allez à ceux à qui je vous envoie, ne craignez pas, car JE SUIS AVEC VOUS ». La réponse de Charles, il la dite succinctement et clairement dans ses notes de vie : « Les années japonaises sont parmi les plus heureuses de ma vie – c’est pourquoi la cérémonie d’adieu aura lieu dans la joie pascale et la reconnaissance ».

Et nous ? Nous pensons aussi, dans cette eucharistie, à la petite communauté chrétienne du Japon, dont Charles écrit avec une confiance presque paulinienne : « Nous avons construit les fondations sur lesquelles l’Eglise autochtone peut continuer à bâtir ».

Ton être et ton agir, Charles, scellent le message de Noël de l’Évangile : « N’aie pas peur ! – Toi aussi, petit troupeau, sois sans crainte – car le Père veut t’OFFRIR SON MONDE NOUVEAU  » (à tous – y compris à nous). Disons avec Charles : Deo gratias.

Pablo Meier