navlang

Hommage funèbre à Igo Gassner †

Né le 12.2.1937Gassner Igo, Fischer am See, Urfeld, D-82432 Walchensee weitere Bilder von Gassner Igo von Festen, Missionsarbeit in Tansania, in Pfarreien erhältlich bei: Verlagshaus, Foto-Abteilung, D-83646 Bad Tölz
Ordonné prêtre le 21.3.1964
Lille et Torry (Fribourg) : formation continue et service scolaire1964–1966
Taiwan : ministère pastoral (Luye, Guanshan, Taishan, Furen) 1966–1971
Maison régionale de Taitung : préfet d'étude1971–1974
Immensee : chef du département des missions1974–1979
Munich : Cath. Communauté intégrée : 1983 membre de leur congrégation sacerdotale dans diverses tâches ; Tanzanie : 1992-1996 ; curé à Hergensweiler DE : 1985/86 et depuis 2009
1981–2020
Décédé le 6.1.2021

J’ai présenté à l’Eternel un seul souhait, mais qui me tient vraiment à cœur : je voudrais habiter dans la maison de l’Eternel tous les jours de ma vie afin d’admirer l’Eternel dans sa beauté, et de chercher à le connaître dans sa demeure.  (Psalm 27:4)

Chers proches et amis d’Igo, chers confrères,

Quelqu’un m’a dit qu’Igo est toujours resté un chercheur. J’aimerais ici essayer de suivre ce chemin de recherche avec vous.

Igo est né en 1937, le deuxième de cinq enfants, à Sorengo, au Tessin, et a vécu à Chiasso jusqu’à ce que, à l’âge de cinq ans, il déménage avec sa famille dans la maison de ses parents à Flums, où il a d’abord dû apprendre le Schwyzerdütsch. Il y a fréquenté l’école primaire. Son oncle Ernst Manhart a été missionnaire, d’abord en Mandchourie, à Pékin, puis à Taiwan. Son frère aîné Ernst était déjà au lycée de la Société missionnaire, où il l’a suivi.

Lorsque son frère Ernst et lui rentraient à la maison pour les vacances d’été, ils devaient travailler durant toutes les vacances comme aides bon marché dans la ferme de leur deuxième oncle. Au pensionnat, les camarades de classe leur ont dit qu’ils obtiendraient beaucoup plus d’argent ailleurs. Puis, en réponse à une annonce, Igo a postulé pour un emploi chez un entrepreneur en bâtiment ; il raconte dans son CV : « Jusqu’à la maturité – et j’en étais particulièrement fier – j’ai pu gagner les frais de tout l’internat et de la scolarité moi-même ».

Après ses années au séminaire et son ordination sacerdotale, Igo a étudié la sociologie à l’École missionnaire de l’Action catholique de Lille, en France, où il a également œuvré dans une paroisse de prêtres ouvriers. Il a ensuite passé une année en tant que professeur de religion et d’éducation physique, directeur spirituel et vice-préfet à Torry, Fribourg.

À l’automne 1966, il a été envoyé à Taïwan. Nos premiers missionnaires taïwanais, avant l’arrivée des communistes au pouvoir, avaient tous travaillé en Mandchourie ou à Pékin, ils parlaient donc le chinois mandarin. Cependant, 70 % de la population de Taïwan parle le dialecte du Minnan du sud de la Chine. Igo fait alors partie du groupe plus jeune qui étudie à l’école de langues des Jésuites, à Taïwan. Comme les élèves de l’école ne parlaient presque que l’anglais, il a déménagé dans un centre jésuite où tout le monde ne parlait que le taïwanais.
Après avoir étudié la langue pendant un an, il a été affecté à Luye, où il a fait un travail pastoral missionnaire avec son frère Ernst. Luye est une région dont les hameaux sont constitués des populations Amis, Bunun et taïwanaises. En 1968, il a remplacé Franz Senn pendant son congé dans les vastes paroisses de Guanshan et de Chishang, puis il est retourné à Luye.

Igo a d’abord appris le taïwanais sans les caractères chinois. Puis il est retourné à l’école de langues pour apprendre le chinois mandarin, y compris les caractères.
Le chapitre régional de Taidong, en 1969, a demandé « que la mission taïwanaise soit reprise de manière cohérente, car l’avenir de l’Église est dans la partie du peuple qui s’affirme comme une unité culturelle ». C’est pourquoi la Société missionnaire a demandé à Wolfgang Grichting de mener une étude sociologique pastorale à Taidong, sur « Le système de valeurs à Taiwan en 1970 ». Comme Igo parlait alors à la fois le chinois et le taïwanais, il s’est vu confier une grande partie du travail de terrain. L’étude a été étendue pour couvrir l’ensemble de Taïwan. Grichting a publié l’étude en anglais et Igo en allemand.

En 1972, le concept d’un groupe de jeunes missionnaires de la SMB a été formé, dans lequel Igo, Roland Twerenbold, Josef Eugster et Ueli Scherer auraient dû s’engager à la mission taïwanaise à un niveau supra-paroissial. Malheureusement, en raison de changements dans la planification du personnel, le projet n’a pas abouti. Igo était alors préfet d’études de la région de Taïwan.
En 1974, il a été rappelé à Immensee par le Supérieur général Joseph Amstutz en tant que chef du département des missions. Sa tâche principale était de clarifier les affectations possibles de volontaires qualifiés, par exemple à Kalimantan (Indonésie) et à Haïti.
Igo écrit à propos de cette époque : « Dans la Maison des missions, nous avons développé le concept d’équipes : environ quatre personnes, prêtres et laïcs, une équipe pour le travail missionnaire. En 1978, avec mon confrère Louis Zimmermann, le souci de ces équipes missionnaires, que je rassemblais depuis 1974 comme responsable du Centre Missionnaire et que j’avais mis en œuvre notamment en Amérique latine, m’a amené à entamer une recherche : Où et comment pouvons-nous donner à nos collaborateurs laïcs, en plus de leur motivation pour l’aide au développement, des expériences de foi durables ».
Au cours de cette recherche, Igo découvre la Communauté intégrée de Munich en 1978, et il a été immédiatement fasciné par sa théologie, par la façon de vivre ensemble, par la joie tangible et le charisme des jeunes qui voulaient s’engager complètement dans l’Église. À l’époque, il n’avait jamais rêvé de rejoindre la Communauté intégrée, comme il le dit. Au contraire, c’est dans leur enthousiasme que Louis Zimmermann et lui ont commencé à tenter de créer une « congrégation » similaire à Immensee avec les confrères et les équipes de retour de mission.

Au cours d’un séjour de trois mois dans cette Communauté intégrée, séjour approuvé par la direction de la Société, il a travaillé sur des chantiers de construction d’une part, où il a élargi ses connaissances et ses compétences en tant qu’électricien. D’autre part, il a été impressionné par la richesse de l’expérience et de la théologie qu’il a trouvée dans cette communauté. Il voulait apporter cet enthousiasme dans la Maison-mère, mais a connu doutes et rejets de la part des confrères. Pendant cette période, il a effectué une visite canonique en Amérique latine, où l’on essayait de créer des communautés dites de base avec la population locale. La constitution des équipes de missionnaires a connu des revers. On ne voulait plus avoir partout des équipes, comme lui a dit directement un évêque : « Vous aidez surtout l’Amérique latine si vous veillez à ce qu’il y ait de vraies communautés chrétiennes en Europe ».

Finalement, Igo a demandé à la direction de la Société la permission de s’installer dans la Communauté intégrée de Munich, comme un nouvel « engagement missionnaire », pour ainsi dire. Il y devient pasteur, administrateur de pensions de famille ; il apprit encore la comptabilité et travailla dans la construction comme électricien. En 1985, en tant que membre de la communauté sacerdotale de la Communauté intégrée, il a repris la paroisse de Hergensweiler, devenue plus tard une paroisse de Munich.

Lorsque l’évêque Mwoleka de Tanzanie a envoyé un groupe en Allemagne pour la formation, Igo est devenu leur compagnon en tant que prêtre et professeur d’allemand. Puis il est devenu procureur de mission pour la Tanzanie. Plus tard, il est allé lui-même en Tanzanie : de fait, seulement pour une courte période pour permettre à un collègue de passer son congé dans son pays, mais comme il a vu que les tâches s’y multipliaient, cela a duré quatre ans.
Puis une branche de la Communauté intégrée a été créée à Rome, qui a ensuite proposé la « Théologie du peuple de Dieu » à l’Université pontificale du Latran. Igo a accompagné ce début en tant que gardien, jardinier et réceptionniste.

Et ainsi de suite : il a accompagné le début d’une petite école à Urfeld, a travaillé dans la paroisse d’Urfeld et y est finalement devenu prêtre « in solidum », c’est-à-dire avec d’autres.

À l’âge de 72 ans, il est retourné à Hergensweiler, à l’âge de la retraite, mais toujours actif, pendant encore dix ans. C’est seulement ces deux dernières années qu’il a vécu un semblant de retraite.

Pour de nombreux confrères de la SMB, son engagement en faveur de la Communauté intégrée était incompréhensible, ce qu’Igo regrettait beaucoup. Parce qu’il n’a pas vécu d’incompatibilité entre la SMB et la Communauté intégrée, il écrit dans son testament : « C’est pourquoi je suis fier de la Société de la Mission de Bethléem, à laquelle je dois tant, et en même temps je remercie Dieu pour le don de la Communauté intégrée, car en elle des horizons complètement nouveaux se sont à nouveau ouverts à moi ».

Comme je l’ai dit, Igo a été un chercheur durant toute sa vie. Nous voulons nous réjouir avec Igo qu’il ait pu trouver tant de belles choses.

Laurenz Schelbert